Tachycardie, bradycardie, palpitations, fibrillation… les troubles du rythme cardiaque ou arythmie sont fréquents.
Si la fibrillation atriale ou ventriculaire méritent un traitement cardiovasculaire nécessaire à la prévention de l’AVC et aux fonctions vitales, Les signes fonctionnels associés répondent à nos médicaments homéopathiques. Les palpitations, souvent le fait d’extrasystoles ou de ressenti de battements normaux entrent complètement dans le champ de l’homéopathie.

Les troubles du rythme cardiaque sont très fréquents. S’ils nécessitent un diagnostic précis pour adapter le traitement, la symptomatologie fonctionnelle (ressentie), en lien avec une anxiété du symptôme bien naturelle, en fait un terrain de choix pour la thérapeutique homéopathique.
Les différents troubles de la conduction résultent d’un problème

de transmission de l’impulsion électrique entre les structures composant le coeur.

  • L’impulsion ne peut plus passer, ce qui peut engendrer une bradycardie.
  • Les troubles de l’excitabilité : ici, d’autres cellules que celles appartenant au noeud sinusal génèrent également une impulsion électrique. Cela entraîne une perturbation du rythme cardiaque. C’est le cas lors des « extrasystoles », se traduisant par une contraction prématurée des oreillettes ou des ventricules.
  • Les troubles du rythme jonctionnels : ce trouble correspond à un court-circuit à la jonction entre oreillettes et ventricules. Ces troubles, relativement bénins, peuvent conduire à l’apparition de crises de tachycardies.
  • Quand il s’agit d’épisodes brefs de tachycardie ou d’arythmie, dus le plus souvent à l’anxiété ou à l’émotion, les troubles du rythme cardiaque sont parfois désignés sous le terme de palpitations et sont le fait le plus souvent de l’anxiété et de l’émotivité.

Il convient de faire un diagnostic complet de l’arythmie pour dépister un problème de conduction, valvulaire ou thyroïdien.


La fibrillation atriale

300000 personnes par an sont atteintes de fibrillation auriculaire, ce qui représente 10% des personnes de 80 ans et plus. Cette fibrillation auriculaire est responsable de 20 à 30% des AVC. Le traitement par anticoagulation et éventuellement par anti-arythmiques s’impose. L’homéopathie a sa place sur le plan fonctionnel.

Les « palpitations »

Le plus souvent d’origine émotionnelle, elles répondent bien au traitement homéopathique. Ressenties comme un coeur lent, rapide ou irrégulier, la durée de la crise est brève. Le bilan cardiovasculaire et endocrinien ne montre pas de pathologie sous-jacente.
L’homéopathie est efficace dans ces indications.

Le traitement homéopathique sera adapté en fonction de la symptomatologie du sujet. La posologie sera de 3 à 5 prise de 5 granules par jour. Les dilutions seront adaptées à la sensibilité du sujet sauf pour celles qui sont communément admises.

1. Tachycardie et tachyarythmie

Arnica montana

De 5CH à 15CH.
Coeur hypertrophié ou forcé du sportif (Crataegus, Rhus toxicodendron). Tachycardie après un effort intense ou un surmenage intellectuel. Accélération importante du pouls à l’effort et récupération longue. Douleurs cardiaques d’effort. Courbatures musculaires résiduelles.

Coffea cruda

En 9CH ou 15CH.
Eréthisme nerveux avec surexcitation mentale. Tachycardie fonctionnelle souvent à l’endormissement.

Crataegus oxyacantha

En 5CH.
Battements de coeur ressentis irréguliers par des émotifs hypotendus.

Digitalis purpurea

Si pouls rapide en 5CH, si pouls lent en 7CH ou 9CH.
Le patient craint de faire un mouvement de peur que le coeur s’arrête.

Lycopus

En 5CH.
Souvent associé à une pathologie thyroïdienne (hyper-thyroïdie fonctionnelle). Tachycardie et thermophobie (peut être associé à Iodum 15CH, Thyroidinum 15CH).

Rhus toxicodendron

De 5CH à 15CH.
Coeur forcé du sportif. Tachycardie d’effort et mauvaise récupération après celui-ci (Arnica, Crataegus).

Spigelia anthelmia

En 5CH.
Tachycardie violente et tachyarythmie qui peuvent être accompagnées d’une douleur cardiaque irradiant vers le bras gauche. Après avoir éliminé un infarctus, ce symptôme souvent fonctionnel se développe au repos et de façon paroxystique. Le coeur semble battre plus fort que vite. Il peut être alterné avec des migraines au dessus de l’oeil.

Strophantus

En 5CH.
Proche de la digitaline, il est indiqué chez les personnes âgées. Rythme cardiaque instable alternant tachycardies et bradycardies. Le pacemaker est souvent indiqué.

Sumbul

En 5CH.
Tachycardie et tachyarythmie avec sensation de boule dans la gorge (Ignatia).

 

2. Bradycardie

Kalmia latifolia

En 15CH.
Pouls lent et arythmique. Douleurs fulgurantes dans la poitrine.

Laurocerasus

En 5CH.
Pouls et tension artérielle bas.

Lobelia inflata

En 5CH.
Bradycardie avec nausées et lipothymie.

 

3. Médicaments complémentaires

Les médicaments émotionnels

Ignatia amara

De 5CH à 15CH.
Hyper-émotivité en lien avec des contrariétés. Sensations de palpitation rarement objectivées. Pleurs faciles, sensation d’oppression et de boule dans la gorge.

Gelsemium

De 9CH à 30CH.
Anxiété et peur généralisées. Sensation de ralentissement du coeur comme s’il allait s’arrêter, entrecoupé de palpitations. Tremblements des extrémités et sensation de tremblement intérieur.

Les médicaments de l’anémie

China rubra

En 5CH.
Anémie suite de perte de liquides organiques (hémorragie) ou de pathologie du globule rouge (thalassémie mineure O.P). Palpitations, lipothymies, sueurs à l’effort.

Ferrum metallicum

En 5CH.
Palpitations avec instabilité vaso-motrice et du rythme cardiaque.

Les médicaments de la personne (Type Sensible)

Arsenicum album

En 9CH ou 15CH.
Coeur vieillissant, insuffisance cardiaque, troubles du rythme avec angoisse vers 1 heure du matin. OEdème de la paupière inférieure. Pouls rapide le matin et aggravé à l’effort.

Aurum metallicum

De 9CH à 30CH.
Palpitations sur un coeur d’hypertendu congestif et coléreux (Sulfur). Sensations de constriction thoracique avec oppression et dyspnée. Sensation de poids sur le sternum aggravé à la marche (Naja). La recherche d’une pathologie coronarienne est
nécessaire.

Iodum

En 9CH ou 15CH.
Tachycardie, hypertension, thermophobie : tableau proche de l’hyperthyroïdie (Lycopus, Spigelia, Sumbul).

Kalium carbonicum

En 9CH ou 15CH.
Pathologie du coeur droit, il sera atteint d’oedèmes de chevilles et d’une difficulté à respirer surtout la nuit vers 3 heures du matin qui l’oblige à dormir assis. Les palpitations seront surtout présentes dans ce temps. A noter des petits oedèmes à l’angle de la paupière supérieure ou de la région sous-malléolaire interne.

Lachesis mutus

En 9CH ou 15CH.
Médicament fréquent de la ménopause, les palpitations seront associées à des bouffées de chaleur, de l’hypertension et des troubles de l’humeur. Besoin d’air, tendance congestive et sensation de constriction signent Lachesis. Cette sensation de constriction est souvent retrouvée au cou, la poitrine, la taille accentuée si port de vêtements serrés. Souvent affectée d’une agitation mentale et d’une logorrhée importante, cette personne pourra également développer une jalousie maladive.
Constriction précordiale aggravée après le sommeil et en période prémenstruelle. Tous les symptômes sont améliorés par une perte de sang ou une sudation importante (bouffée de chaleur).

Lycopodium clavatum

De 5CH à 15CH.
La symptomatologie digestive domine : ballonnement du bas du ventre l’après midi ou en position assise prolongée, alternance de constipation et de selles molles. Les palpitations seront surtout le fait du stress professionnel dans un contexte de manque de confiance en soi.

Natrum muriaticum

En 9CH ou 15CH.
Palpitation des jeunes, bouveret, tachycardie et tachyarythmie émotionnelles. Les « sensations de battement d’ailes d’oiseaux » sont souvent la conséquence de troubles affectifs mal vécus. Améliorés par l’action et aggravés par le repos, ils seront complétés par Ignatia. Présence de points thoraciques précordiaux à l’effort. Un apport de magnésium sera souvent nécessaire.
Le tableau sera complété par une prévalence aux crises d‘herpès, un amaigrissement facile et un tempérament taciturne et susceptible.

Phosphorus

En 9CH ou 15CH.
Très proche de Natrum muriaticum, les palpitations sont intenses et brèves. Elles peuvent être le fait d’une pathologie associée comme une fibrillation atriale.
La fatigabilité de Phosphorus sera un facteur aggravant de sa pathologie qui pourra se déclencher plus facilement le soir. Il lui sera difficile de se coucher sur le côté gauche, gêné par une sensation désagréable de battement du coeur dans les oreilles et de compression de celui-ci. La position peut déclencher les palpitations.

Pulsatilla

En 9CH ou 15CH.
Palpitations dans un contexte émotionnel et hyper affectif. Le tableau est changeant et souvent bénin. Les symptômes seront toujours améliorés par la marche lente.

 

Ces médicaments homéopathiques ne nous feront pas oublier les règles hygiéno-diététiques associées.
Sur le plan nutritionnel, il convient de limiter les excitants comme le café, le thé et surtout l’alcool fort pourvoyeur de palpitations.
Un apport de magnésium souvent en cause dans les dysfonctionnements neuro-musculaires sera important.
Les troubles émotionnels étant très pourvoyeurs d’arythmie, nous devrons en tenir compte. Des techniques de relaxation, de sophrologie ou d’hypnose seront utiles. Une pratique du yoga peut apporter une aide à la fois physique et mentale.
La cohérence cardiaque est un moyen très efficace pour gérer son stress cardiovasculaire. Des applications gratuites comme « kardia » ou « Respirelax » permettent en quelques minutes de retrouver le calme.
N’oublions pas l’activité physique, indispensable pour équilibrer la fonction cardiaque. Pratiquer 30 à 35 minutes de marche 3 fois par semaine suffit… !

 

Cas cliniques

Philippe 65 ans

Cet homme brillant, expert en art, consulte pour une intolérance à sa fibrillation atriale. Dans ses antécédents, une tuberculose sévère de l’enfance qui lui a valu une perte de plus de 2/3 d’un poumon. Très sensible, il ne supporte pas son arythmie à rythme rapide. Les nuits sont très difficiles. Le traitement anti-arythmique n’y fait rien ainsi que des tranquillisants qui lui font perdre la mémoire et la concentration.
Je lui propose Ignatia 15CH 5 granules le matin, Phosphorus 9CH 5 granules le soir et Crataegus 5CH à la demande dans la journée.
Il va rapidement beaucoup mieux et ne se sent plus gêné. Il garde son anticoagulant, arrête l’anti-arythmique.
Je lui demande alors de continuer Ignatia le matin et de prendre une dose par semaine de Phosphorus 15CH puis une fois tous les 15 jours. L’amélioration est stable depuis plus de 10 ans.

Marie-Hélène 45 ans

Très sensible, elle a une vie maritale difficile avec un mari gravement malade et très agressif. Elle se plaint de palpitations fréquentes, objectivées par des extrasystoles auriculaires et des passages en tachycardie de brève durée. Les anti-arythmiques sont sans effet.
Elle prend Ignatia 15CH et Gelsemium 15CH 5 granules matin et soir. Je lui associe une dose par semaine de Pulsatilla 15CH.
L’amélioration est rapide et durable..

Ginette 96 ans

Ginette a l’âge de ses artères : une petite insuffisance cardiaque, un peu de tension, un peu d’oedèmes des chevilles et des palpitations itératives. Elle est très sensible et anxieuse. Et en plus elle ne supporte pas les médicaments qui lui développent beaucoup d’effets secondaires.
Son traitement : un bétabloquant (seul supporté) et un petit diurétique. Je lui complète avec : Digitalis 5CH et Kalium carbonicum 9CH 5 granules 2 fois dans la journée. Elle complète avec Ignatia 9CH et Gelsemium 9CH 5 granules le soir au coucher qui lui permettent de mieux dormir.
Ce traitement a fait disparaître les palpitations et lui permet une activité de marche bien supérieure. Depuis 10 ans elle se porte comme un charme.

Jean 67 ans

Toujours au travail, Jean est chef d’une entreprise qu’il essaie de transmettre à son fils qui semble peu motivé. Il souffre un peu de sa prostate qui le fait lever 2 à 3 fois par nuit. Souvent ballonné, il est facilement constipé. Il se plaint d’une arythmie transitoire objectivée par des passages brefs d’extrasystoles, de tachyarythmie et de palpitations fréquentes. Un traitement par bétabloquants a été essayé et rapidement arrêté pour des raisons de baisse de libido et de difficultés d’érection.
Il prend Crataegus 5CH 5 granules 3 fois par jour et Lycopodium 15CH 1 dose par semaine. A la demande je lui propose Ignatia 9CH en cas de contrariété.
Rapidement son état s’améliore et il n’est pratiquement plus gêné.

Marc 52 ans

Très actif, il mène plusieurs métiers en même temps. Lors d’un séminaire, avant de débuter, il déclenche une crise inaugurale de tachyarythmie. Paniqué, il consulte un cardiologue qui lui fait un bilan complet. C’est une simple fibrillation atriale liée au stress et à la fatigue. Sous Cordarone® son état s’améliore en quelques jours. Il ne met pas les conseils en pratique et continue son surmenage.
Entre temps, il consulte pour un conseil homéopathique. Il est très sensible, facilement impressionnable et fatigable. Emotif et très anxieux, il me dit avoir facilement le trac lorsqu’il présente des dossiers.
Il prend Ignatia 15CH et Gelsemium 15CH 5 granules matin et soir et une dose de Phosphorus 15CH par semaine. Il doit prendre Phosphorus 9CH 5 granules toutes les heures en cas de crise. Quelques récidives ont été rapidement réglées en quelques heures.
Depuis, il ne fait plus de crises d’arythmie et se sent beaucoup plus détendu. Bien sûr, il n’a rien réduit de son activité.

Jean 75 ans

Dans les suites d’un infarctus, Jean subit un triple pontage. Les suites sont simples sauf une sensation de poids importante sur la poitrine et des palpitations très gênantes. Un bilan cardiovasculaire pratiqué s’avère normal et son cardiologue le renvoie chez lui sans autre traitement.
Il ressent une sensation de poids comme une pierre sur la poitrine sans que cela ne soit en lien avec un effort ni une mise au repos. Cette sensation s’accompagne d’une angoisse importante et de palpitations qui ne sont pas objectivées à l’électrocardiogramme. Il a présenté des migraines localisées sur l’oeil gauche très douloureuses. Ces migraines sont moins importantes à ce jour.
Son traitement comprend Spigelia 5CH et Naja 9CH 5 granules 2 fois par jour pendant 15 jours puis à la demande. Il n’a jamais plus été gêné. Pour compléter son traitement, chez ce monsieur très pointilleux dans son travail et manquant particulièrement de confiance en lui, je lui ajoute Lycopodium 15CH 1 dose par semaine. Il est très content, surtout qu’il n’a plus ses ballonnement gênant du milieu de l’après midi.

Mathieu 7 ans

Ce jeune enfant est atteint de thalassémie mineure. L’anémie chronique dont il soufre le pénalise dans sa vie de tous les jours. Courir et jouer avec ses amis est une vraie souffrance.
Je lui prescris China 5CH et Ferrum metallicum 5CH 5 granules matin et soir. Sa thalassémie continue, bien sûr, mais il la supporte beaucoup mieux et peut jouer normalement. Après quelques années, son anémie s’est stabilisée et il se porte très bien.

 

Nous constatons quotidiennement que l’homéopathie convient bien à cette pathologie de l’arythmie. Qu’elle soit lésionnelle pour
vaincre les symptômes fonctionnels, ou sans support mesurable pour traiter les signes ressentis, notre thérapeutique montre
son efficacité.
L’ajout de médicaments émotionnels et de la personne (type sensible) augmente la réussite du traitement surtout sur le long
terme.
La connaissance globale de chacun de nos patients permet d’ajuster nos conseils pour leur plus grand bien.

 

Dr Antoine Demonceaux, Reims (51)
Médecin généraliste homéopathe et psychanalyste. Ex attaché au CHU de Reims.
Coordinateur du DIU de thérapeutique homéopathique (Reims, Brest Lyon sud).
Président de SAFEMED.

Version imprimable

 

  • La santé autrement avec l’homéopathie pour tous. Ed Le Cherche midi
  • Pratiques homéopathiques en gynécologie-obstétrique, Ed Elsevier
  • Thérapeutique homéopathique : Schémas et protocoles, Ed CEDH